Régime paléo avant:après le témoignage de Thomas ! 2

Régime paléo avant/après : le témoignage de Thomas !

Aujourd’hui, les pathologies causées par l’alimentation moderne sont nombreuses. Entre diabète, obésité, maladies cardiovasculaires ou encore hépatiques, la liste est longue. C’est simplement parce que notre corps n’est pas apte à recevoir ces nouveaux aliments qui sont trop sucrés ou transformés. De plus, la quantité est importante à prendre en compte. Aujourd’hui, nous consommons bien plus de nourriture qu’à l’époque de nos ancêtres. Ce qui n’est pas forcément bon pour la santé.. Certains ont donc décidé d’agir en se tournant vers le régime paléolithique. Ce fut le cas de Thomas qui a voulu changer d’alimentation pour perdre du poids. Dans cet article, découvrez les résultats d’un régime paléo avant/après sur le corps et le témoignage de Thomas !

Petit rappel sur ce qu’est le régime paléolithique…

À l’époque paléolithique, nos ancêtres passaient la plupart de leur temps à chercher de la nourriture. C’est ce qui leur vaudra de connaître de longues périodes de jeûne. Pourtant, leur dépense énergétique était bien plus importante que la nôtre actuellement. À cette période, ils n’étaient que chasseurs-cueilleurs. Cela signifie qu’ils ne consommaient que de la viande, du poisson, des baies ou encore des herbes. Et encore, la viande pouvant manquer certains jours, ils mangeaient principalement des végétaux.

D’un autre côté, chaque produit apparu après l’époque paléolithique n’était donc pas consommé. Cela exclut donc les produits issus de l’agriculture (céréales, etc), les produits laitiers, les sucres raffinés et encore moins les aliments transformés que nous connaissons aujourd’hui.

Témoignage Régime Paléo : plus de constipation et de ballonnements pour Marie-France grâce au paléo

Constamment en déplacement, devant affronter des proies et faire preuve de force, ils réussissaient à trouver l’énergie nécessaire pour survivre. Alors finalement, n’est-ce pas la solution pour être au top de sa forme ?

Quels sont les bienfaits de ce mode d’alimentation sur le corps ?

bienfaits du régime paléo sur le corps

Les recettes paléo contiennent notamment de bons aliments comme les fruits, les légumes, les graines (noix, amandes, etc), les viandes, les œufs, les oléagineux ou encore la bonne huile (olive, avocat, etc).

Pour obtenir les principaux bénéfices d’un régime paléo avant/après, il faut avant tout réduire l’apport en glucides. Présent dans la plupart des produits alimentaires, et même sucrés, les glucides sont néfastes lorsqu’ils sont consommés en grande quantité. Ce mode d’alimentation opte pour des aliments riches en bonnes protéines et en bons lipides.

La perte de poids

perte de poids régime paléo

Comme nous le verrons dans la suite de cet article avec le témoignage de Thomas, le régime paléo a de solides bénéfices sur une perte de masse grasse.

C’est notamment parce qu’il met en avant les bonnes protéines. Comme le montre cette étude (1), lorsqu’elles sont consommées, les protéines vont se transformer en peptides. Ces éléments vont se diffuser dans le corps et se fixer sur le nerf vague et la moelle épinière. Ils vont alors envoyer des messages nerveux au cerveau pour qu’à son tour, il transmette une sensation de satiété dans l’organisme. Nous pouvons donc dire que les protéines stimulent des hormones (2) responsables du « coupe-faim ».

De la même façon, manger des protéines permet de stimuler votre métabolisme, provoquant ainsi la thermogénèse (3). Cette dernière va augmenter la dépense énergétique guidant le corps à brûler plus de masse grasse.

Enfin, les régimes pauvres en glucides et en matières grasses (4) permettent surtout de maigrir.

La réduction du taux de cholestérol

Le cholestérol (5) tient sa source de deux facteurs : le foie et le type d’alimentation. C’est un élément qui entoure les cellules de votre corps.

Il faut savoir qu’il en existe à la fois un « bon » (HDL) et un « mauvais » (LDL).

Régime paléo et perte de poids : L’astuce pour maigrir !

Lorsque le mauvais est présent en excès dans le sang, il va se transformer en plaques et s’accrocher à la paroi des artères. Il est notamment apporté par une alimentation riche en mauvaises graisses.

Selon une étude (6) portée sur le régime paléo, 20 volontaires se sont prêtés à l’exercice d’une bonne nutrition. En résultat, les volontaires ont vu leur cholestérol total ainsi que le taux de celui qui est « mauvais » (LDL) « baisser significativement ». D’un autre côté, le « bon » (HDL) a augmenté.

Réduire le risque de diabète

régime paléo et diabète de type 2

Manger beaucoup de glucose pendant les repas augmente votre taux d’insuline. D’autant plus s’il s’agit de sucres rapides, vous allez créer des pics d’insuline qui vont être très vite ingérés par l’organisme.

L’insuline est une hormone qui régule le taux de glucides dans le sang. Elle est générée par le foie. Lorsqu’il est consommé, le sucre va être transformé en triglycérides puis sera stocké dans le foie et dans vos cellules graisseuses.

Le problème, c’est qu’une consommation excessive de sucre provoque une insulino-résistance des cellules. Le sucre va alors s’accumuler (notamment dans les graisses !) puisqu’il n’est plus régulé, augmentant ainsi considérablement les taux de sucre de glycémie dans le sang. L’hyperglycémie est ce qui mène donc au diabète de type 2.

Le régime paléo implique de réduire son apport en glucides et surtout d’éviter les sucres raffinés qui sont encore plus mauvais pour la santé ! Comme le montre cette étude (7), il permet donc de retrouver une résistance à l’insuline.

Régime paléo avant/après : il réduit le risque de maladies cardiovasculaires !

régime paléo et maladies cardio vasculaires

En consommant moins de mauvaises graisses et en favorisant les aliments riches en bons minéraux et en bonnes vitamines, vous allez améliorer votre santé cardiaque.

Nous l’avons déjà évoqué, le taux de cholestérol dans le sang diminue grâce au régime paléo. Il ne faut pas négliger les risques de cette maladie.

S’il grandit et que les artères ou les vaisseaux sanguins sont de plus en plus gênées, vous risquez de les rétrécir. En conséquence, votre sang circulera moins bien dans votre organisme et s’il ne parvient pas de manière optimale à votre cœur, cela favorise les accidents cardiaques tels que l’AVC.

Les livres sur le régime paléo qu’il faut absolument lire !

L’hypertension artérielle est également un facteur de maladies cardiovasculaires. Pour éviter ce risque, une étude (8) a montré qu’un régime paléolithique pouvait entraîner des améliorations de la pression artérielle systolique (lorsque le cœur se contracte) et diastolique (lorsque le cœur se relâche).

En plus d’une réduction des taux de triglycérides dans le sang, les bienfaits de la nutrition paléolithique sont donc nombreux. Dans l’ensemble, le syndrome métabolique est amélioré et les risques de pathologies réduits.

Régime paléo avant/après : le témoignage de Thomas sur ses résultats !

Thomas a 38 ans et il mesure 1,78 cm. Avant d’entamer son régime paléolithique, il pesait près de 109 kg. Il ne se sentait pas bien dans son corps et c’est la raison pour laquelle il a souhaité agir en découvrant un nouveau rythme alimentaire.

Ce qui lui a permis de réussir ? Sa motivation et son envie féroce de perdre du poids !

Il perd près de 34 kilos en 6 mois !

Travaillant dans le secteur alimentaire, la tentation a été très présente dans l’environnement de Thomas. Consommateur de nourriture en grande quantité et addicte au sucre, il s’est rendu compte qu’il devait retrouver son poids de forme.

Il s’est donc mis au régime paléo et à manger des fruits, des légumes, des bonnes viandes, du poisson, des œufs et des bons minéraux tout en réduisant les légumineuses, les céréales ou encore les produits laitiers.

Bien conscient qu’un régime alimentaire n’est pas seulement porté sur la nutrition, il a donc combiné le sport en pratiquant des heures de cyclisme chaque jour.

Pour parfaire son régime paléo sur la fin de son cycle, il a décidé de mettre toutes les chances de son côté en testant le jeûne intermittent (en format 16:8) en sautant le petit déjeuner.

Il pesait 109 kilos au mois de janvier et au final, il est descendu à 76 kilos au mois de juin. En seulement 6 mois, il a perdu 34 kilos !

Régime paléo avant/après : Aucun effet secondaire !

Combiner sport et rythme alimentaire restreint peut faire peur et notamment dans le cas de Thomas qui a commencé à perdre du poids très rapidement. Pourtant, il n’a ressenti aucun effet secondaire et ne s’est pas senti affaibli.

Au contraire, il a conservé une énergie solide tout en continuant d’être performant au cyclisme.

En ayant une perte de poids aussi soudaine et importante, Thomas m’a expliqué qu’il n’avait même pas eu de distension de la peau. Le corps a simplement retrouvé son poids de forme tout en adaptant ses cellules pour éviter cette conséquence.

Plus aucun signe physique d’une mauvaise alimentation

Une consommation excessive d’aliments mauvais pour la santé provoque généralement des effets secondaires. C’est notamment le cas de la fatigue (après un repas trop lourd) et des maux de tête (lorsque l’on consomme beaucoup de sucre ou de gluten).

Thomas était victime de ces maux de tête très régulièrement chaque semaine. Depuis qu’il a adopté un nouveau rythme alimentaire, il n’en a plus eu un seul. De plus, il ne souffre plus de l’effet de ballonnement après les repas.

Régime paléo avant/après : Bien plus d’énergie !

La plupart des régimes alimentaires imposent de se restreindre énormément pour maigrir. Dans le cas du régime paléo, Thomas a pu se faire plaisir. Encore aujourd’hui, il continue à consommer du sucre mais de façon raisonnable.

Finalement, il ressent que son corps à bien plus d’énergie et de résistance qu’auparavant. Il a été moins sujet aux maladies de l’hiver et il se sent bien plus solide.

Ainsi, le régime paléo accepte tout à fait les petites exceptions. Ce qu’il ne faut pas oublier, c’est qu’il s’agit d’un style de vie à part entière. Les exceptions sont donc autorisées, mais pour obtenir en tous les bienfaits sur votre santé, vous devez conserver un mode de vie sain en parallèle (sport, etc).

À la base, Thomas s’est tourné vers le régime paléo pour la perte de poids. Depuis, il s’est rendu compte de tous les bienfaits qu’il apporte sur la santé. Finalement, c’est devenu un nouveau rythme de vie qu’il compte bien faire perdurer.

Sources :

(1) « Mu-Opioid Receptors and Dietary Protein Stimulate a Gut-Brain Neural Circuitry Limiting Food Intake » – CelineDuraffourd, FilipeDe Vadder, DaisyGoncalves, FabienDelaere, ArmellePenhoat, BleuennBrusset, FabienneRajas, DominiqueChassard, AdelineDuchampt, AnneStefanutti, AmandineGautier-Stein, GillesMithieux.

(2) « The role of protein in weight loss and maintenance » – Heather J Leidy, Peter M Clifton, Arne Astrup, Thomas P Wycherley, Margriet S Westerterp-Plantenga, Natalie D Luscombe-Marsh, Stephen C Woods, Richard D Mattes.

(3) « Protein, weight management, and satiety » – Douglas Paddon-Jones, Eric Westman, Richard D Mattes, Robert R Wolfe, Arne Astrup, Margriet Westerterp-Plantenga

(4) « Effect of low-fat diet interventions versus other diet interventions on long-term weight change in adults: a systematic review and meta-analysis » – Dr Deirdre K Tobias, ScD Mu Chen, ScDProf JoAnn E Manson, MDProf David S Ludwig, MDProf Walter Willett, MDProf Frank B Hu, MD.

(5) « Taux de cholestérol élevé : causes, symptômes et traitement » – Doctissimo.fr

(6) « Paleolithic nutrition improves plasma lipid concentrations of hypercholesterolemic adults to a greater extent than traditional heart-healthy dietary recommendations » – Robert L Pastore, Judith T Brooks, John W Carbone

(7) « Metabolic and physiologic effects from consuming a hunter-gatherer (Paleolithic)-type diet in type 2 diabetes » – U Masharani, P Sherchan, M Schloetter, S Stratford, A Xiao, A Sebastian, M Nolte Kennedy, L Frassetto

(8) « Paleolithic nutrition for metabolic syndrome: systematic review and meta-analysis » – Eric W Manheimer, Esther J van Zuuren, Zbys Fedorowicz, and Hanno Pijl

Partagez :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur pinterest
Pinterest
Aglaée

Aglaée

Aglaée Jacob, MS, RD est une diététiste, nutritionniste et auteure de 3 livres incluant Je me mets au Paléo. Elle a utilisé l'alimentation paléo pour se guérir de problèmes digestifs et hormonaux incluant le syndrome des ovaires polykystiques. Elle s'intéresse aussi beaucoup à la croissance personnelle et la spiritualité. Sa mission est d'aider les gens à se sentir alimentés à tous les niveaux : corps + tête + coeur + âme. Elle habite dans la belle petite ville de Magog au Québec. Vous pouvez la trouver à RadicataNutrition.com et sur Instagram à @radicatanutrition ou écouter son podcast " the nourishing podcast " (contenu en anglais).

Ces articles pourraient vous intéresser :

2 réponses

  1. La perte de poids n’est pas automatique avec le régime paléo mais avec une bonne hygiène de vie et de l’exercice c’est un régime hyper efficace. Mon mari et moi avons tous les deux perdu beaucoup de poids cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Deux livres

indispensables

pour débuter le paléo